Se rassurer …

La session de ce matin n’était pas faite pour faire un max de poisson mais plutôt pour me rassurer, les 2 dernières sorties n’étant pas à mettre dans les annales.

Il me fallait reprendre les vers pour retrouver mes marques, les nymphes n’ayant pas spécialement répondu à mes attentes. Et qui plus est, sur l’avant-dernière sortie je n’avais pas vu la queue d’un poisson, ni même une truite en fuite.

Lire la suite

Dur … dur …

Après un été pourri au niveau familial, la météo n’est pas de reste. Début juin je parlais déjà des niveaux bas pour la saison et pour tout vous dire je n’ai pas souvenir de la date où une réelle pluie a été bénéfique pour les rivières.

P1030894

Lire la suite

La sortie.

Marcel Lapourré,

Délégué du Fishing-Club de France.

Avril 1952.

lasortie

La gent aquatique obéit à des directives impérieuses que lui imposent l’instinct et l’atavisme ; les pêcheurs sachant observer ont pu se rendre compte qu’elles sont immuables, à tel point que, depuis plusieurs années, un ichtyologiste averti a pu déterminer à quelles heures de la journée les truites se mettaient en chasse. Il a condensé ses observations dans un recueil qu’il a nommé : Tables solunaires de Knight.

Il faut leur reconnaître, sinon une rigoureuse exactitude, une valeur certaine, précieuse en bien des cas. Personnellement, car je me fie surtout à mon expérience, j’ai pu me rendre compte qu’elles m’avaient permis d’être au bon moment sur la rivière.

Cependant, tous les confrères n’ont pas pour se guider de telles précisions, soit qu’ils demeurent sceptiques à leur égard, soit qu’ils les ignorent.

En règle générale, la truite et l’ombre connaissent, à certains moments de la journée, un besoin impérieux de se nourrir : à l’aube, vers midi et le soir, au crépuscule ; il est curieux d’observer que toutes les truites de la rivière semblent obéir, au même moment, au même ordre, et cessent de même, toutes à la fois, de s’intéresser aux insectes.

Trois fois par jour ? Comme les humains, alors, dira-t-on.

Eh oui ! quoique ce ne soit peut-être qu’une coïncidence ; sait-on jamais ?

Je suis bien certain que les vieux coureurs de rivières, les pêcheurs chevronnés seront d’accord avec moi pour situer à ces heures-là leurs plus grandes chances de captures.

Il n’est tel, voyez-vous, que la pratique pour se faire une idée exacte du comportement des poissons, et toutes les causeries, tous les grimoires et tous les conseils ne sont que des guides, sans plus. S’ils évitent, parfois, les déboires désespérants de l’initiation, ils ne peuvent, en aucun cas, les supprimer radicalement, sans de persévérants essais.

Essayons donc de guider nos jeunes confrères vers les abords du succès.

La nuit a été très noire, la truite n’a pu trouver toute la nourriture qu’elle escomptait pour calmer sa faim et … voilà l’aube.

Les éphémères tombés à l’eau pendant la nuit flottent en surface, les ailes à plat, morts d’épuisement après la ponte crépusculaire, ou peut-être aussi parce qu’arrivés au stade final de leur existence précaire.

L’un après l’autre, ils sont happés goulûment, sans hésitation ni méfiance, dans le calme et le silence ambiants.

Le pêcheur à la mouche sèche ou noyée, connaissant bien son affaire, est certain de faire des victimes, en truites moyennes surtout, car les grosses, plus méfiantes, ont regagné leur repaire, dès les premières heures du jour.

Si la manne a été abondante pendant la nuit, l’appétit du poisson sera vite calmé, et, seuls, quelques affamés continueront leur chasse plus avant.

Nous ne compterons guère, à ce moment, faire des merveilles, sauf exception, évidemment.

Puis, vers midi, les « ronds » se reforment à la surface ; de-ci de-là, tels de minuscules voiliers, les gracieux éphémères, bien vivants ceux-là, leurs ailes diaphanes dressées verticalement sur leur corps filiforme, voguent, s’envolent, se reposent en un incessant carrousel vibrant et varié.

C’est le moment, c’est un des moments, de la mouche sèche, très petite et flottant bien.

Une extrême finesse du bas de ligne est indispensable, et, si le soleil brille, vous vous trouverez bien de frotter vos racines, avant la pêche, avec une feuille d’oseille pour en atténuer le brillant. Précaution superflue ? Minutie exagérée ? Mais, là plus qu’ailleurs, nous pourrons dire : « Qui veut la fin veut les moyens. »

Je vous conseille de n’émettre une opinion péremptoire qu’après avoir constaté le résultat de cette petite opération.

Les montées ne durent pas à ce moment de la journée ; rarement une demi-heure, laquelle suffit parfois à faire un panier présentable.

La truite paraît s’offrir un lunch plutôt qu’un repas substantiel.

Puis c’est le calme pour tout l’après-midi.

Le vrai pêcheur se reposera lui aussi ; il ira déjeuner, car je suppose bien qu’il n’aura pas commis cette hérésie halieutique de s’approcher du restaurant ou de la voiture autour de midi ; il serait alors impardonnable.

Et c’est le soir !

Le soleil baisse à l’horizon, c’est l’heure des grandes ombres ; l’heure des émotions fortes s’approche.

Petit à petit les ronds se précisent, deviennent plus nombreux et, bientôt, de toutes parts les truites moucheronnent.

Ne vous pressez pas ; identifiez les insectes qui passent autour de vous, cherchez à reconnaître l’essaim nuptial qui monte et descend sans arrêt, dans la poussière dorée du soleil qui décline, en une sarabande ininterrompue.

Ce moment du crépuscule est bien caractéristique, les soirs de beau temps ; partout, éphémères, sedges ou phryganes s’abattent sur l’eau, pondent et meurent.

Quel régal pour la truite !

À mesure que l’obscurité descend, les gros insectes s’avèrent plus nombreux ; peut-être parce qu’on ne voit plus les petits.

Seuls, paraissent encore, dans le bal, les gros sedges, les bizarres phryganes, les agrions, et leurs chutes ponctuent la surface de l’eau.

Attention ! les grosses truites, les matrones prudentes et malignes en diable se sont risquées en pleine eau et prennent leur large part au banquet de la nature.

Du bout des lèvres, sans aucun bruit, d’une succion précise, elles aspirent l’insecte, ridant à peine l’eau ; contrairement à leurs jeunes sœurs qui bondissent pour retomber, tête première, sur leur proie, les grosses bêtes agissent en pirates avisés et avertis.

Pensez toujours que les petits ronds sont généralement produits par les plus grosses truites, et que le ferrage doit être instantané sur tout tourbillon où vient de disparaître votre mouche.

Ce ferrage doit être la conséquence d’un réflexe. Exercez-vous sur les ablettes, critérium certain d’un apprentissage poussé à fond.

La nuit est venue ! L’heure légale est passée ! Quel dommage ! Le panier serait vite plein …

Hélas ! il nous faut céder la place aux braconniers, si nous ne voulons pas nous-même être assimilé à un vil pirate, pour pêche de nuit.

Glissons sur ce terrain, ce sera préférable.

Tout ce que je viens d’écrire ne représente que des idées générales, soumises à bien des modifications.

Ainsi, lorsqu’il pleut légèrement, surtout au printemps, par une de ces journées basses et tièdes, ne quittez pas la rivière, abstenez-vous même de manger, si réellement vous êtes un « vrai de vrai » ; vous aurez des touches à tout moment, surtout en mouche noyée.

Lorsqu’il neige — mais non quand l’eau est polluée par la neige — ne croyez pas que c’est une certitude d’insuccès ; loin de là ! L’ombre paraît excité par les flocons, et de toutes petites mouches, de couleurs vives, seront acceptées avec empressement ; la truite aussi sera mise en appétit.

Et pourquoi ? Il est à supposer que nos deux étourdis, se précipitant sur le flocon dès son contact avec la surface, sont tout étonnés de le voir disparaître dès qu’il a touché l’eau. Nos mouches restant seules visibles, c’est sur elles qu’elles attaquent sans hésitation.

D’ailleurs, dès que cessera la chute de neige, nos mouches seront dédaignées.

Par orage, avec accompagnement de coups de tonnerre, il est inutile de pêcher, mais, si l’eau reste limpide, après le déluge, truites et ombres se remettront en chasse.

Pour terminer, je dirai que mon bavardage n’empêchera pas les confrères atteints du virus halieutique de faire voltiger leurs mouches à longueur de journée, sans autre considération que les beaux lancers élégants et précis, dans un décor de rêve et un calme reposant.

S'adapter ou pas …

… c’est bien ce qui fera la différence ou qui pourra tout au moins vous évitez la bredouille.

Ce matin je pars au Toc … je les vois, elles suivent la dérive mais elles ne veulent pas mordre. Alors changement d’appât, je passe du vers à la teigne, à la nymphe au toc en revenant au vers puis à la teigne …

NADA, NIET, QUE NENNI … RIEN.

Alors retour voiture, on sort les poissons nageurs et autres cuillères.

Ils y sont tous passés en taille, en couleurs sous différentes animations …. pour comprendre enfin qu’elles ne voulaient que s’amuser ….. avec les ondulantes

P1010907 P1010908

Petite sortie …

Aujourd’hui j’avais décidé une petite sortie en après-midi sur un parcours que je n’avais visité qu’une fois l’an passé. Il se situe à l’endroit où la Montagne Noire est blanche et à l’ouest du Pic de Nore.

DSC_0148

Alors pour ceux qui ne connaissent pas, ce qui est impressionnant avec les rivières et ruisseaux de montagne, c’est qu’avec la fonte de neige et la pluie, certains d’entre eux peuvent grossir considérablement. A l’origine, enfin l’été, celui-ci ne fait de 0.50m de large en moyenne avec une hauteur d’eau de 10cm au max … quand il n’est pas totalement mort, n’offrant que quelques flaques où se protègent les maigres poissons ayant manqués la descende.

P1010827 P1010828P1010829 P1010830 P1010831P1010842 P1010853P1010855

Et comme on est en montagne, j’adore les habitantes des lieux …

P1010846 P1010845 P1010850P1010852

P1010851P1010849 P1010848P1010844 P1010841