En avril, tu ne tremperas pas …

 … le fil.

C’est ce que je me dis pour éviter d’être déçu. Si comme le prévoit le milieu médical, le haut de la vague devait arriver dans 15 jours, il est certain que le confinement sera prolongé jusqu’à fin Avril. Puis par définition comme le dit si bien le proverbe: « En Mai, fais ce qu’il te plaît » Alors soyons patient.

Lire la suite

Les raisons de l’ouverture …

J’ai lancé sur « La nymphe au toc » un petit sondage quelques jours après l’ouverture.

Je remercie les 60 membres qui ont joué le jeu en y répondant ou en rajoutant une option non présentée dans les propositions déjà éditées.

Il faut savoir que sur 60 membres 63.3% d’entre eux ont fait « l’ouverture » et que 36.7% ne l’ont pas fait pour diverses raisons.

Lire la suite

Mais à quel Saint Patron se vouer …

Il ne manquait plus que par « Toutatix » pour que le ciel nous tombe sur la tête.

En cherchant un peu sur le net il semblerait que le pêcheur à 3 Saints pour le protéger. Va comprendre si le mec n’est pas dans la merde ou en voie de disparition. En même temps, vu le réchauffement climatique c’est peut-être déjà le cas, et ils ne seront peut-être pas trop de 3 pour nous sauver.

Lire la suite

Pêches de printemps

R.Portier

Mars 1949

Bien qu’une partie notable de mars appartienne théoriquement à l’hiver, ce mois marque souvent une assez profonde différence avec février. La nature, jusqu’ici en léthargie, semble enfin se réveiller de son long sommeil et des prodromes de vie se montrent un peu partout. Les eaux ne sont pas les dernières à participer à ce renouveau. Beaucoup de nos poissons, qu’on n’apercevait plus depuis novembre, font leur réapparition et se montrent à nos yeux pleins de vigueur, tout prêts à mordre à nos appâts.

Lire la suite

Souvenirs …

Une ouverture à Charmes

J.A. Lebeau

Décembre 1952

En un site enchanteur, il est une jolie petite ville des Vosges dont le nom évoque en moi comme une clarté dans mes souvenirs déjà un peu confus de la Grande Guerre : Charmes.

Blessé à Verdun, évacué sur Vadelaincourt, j’ai la chance, un matin, de faire partie d’un convoi dirigé sur l’hôpital auxiliaire de Charmes. Oui, la chance, car, dans la soirée même, l’ambulance que je viens de quitter est en partie détruite par l’aviation allemande.

Lire la suite