"Tape à noyer" et "monter court"

P. Carrère.

Août 1950

On a beaucoup écrit et l’on parle beaucoup, entre pêcheurs, de ces phénomènes bizarres que sont le « monter court » et le « tape à noyer ». On confond souvent ces deux comportements.

gobage

Sans que rien le fasse prévoir, le pêcheur, insouciant, après n’avoir constaté jusqu’alors rien d’anormal dans le cours de sa partie de pêche, observe que de nombreux ratés viennent de marquer ses derniers coups de ligne. Si c’est un pêcheur averti, il constate qu’il est en présence d’un des phénomènes en question. Lorsque le poisson monte à la mouche et ne la prend pas, en faisant un remous caractéristique, sans sortir de l’eau, il « monte court ». S’il saute sur la mouche en bondissant hors de l’eau et que par une légère contorsion il tape réellement sur elle en plongeant, on dit alors qu’il « tape à noyer ». C’est surtout de ce comportement que je veux parler. Quant au monter court, dont nous reparlerons d’ailleurs, il se produit en d’autres cas pour des raisons différentes.

Lire la suite