Description d'un simple pêcheur

Jean Gyska, le pêcheur est mon ami.

Janvier 1952

Sélection_004

Le pêcheur est mon ami. Je le dis tout net en commençant, afin que ceux qui le dénigrent soient assurés de ma réprobation.

Un quidam écrivit qu’une « ligne » est un instrument de pêche ayant une « bête » à chaque extrémité, la plus grosse de ces bêtes n’étant pas dans l’eau. Ces propos témoignent d’un esprit facile, et leur auteur ne pouvait mieux souligner son ignorance totale de la science halieutique.

Un pêcheur ne saurait être une bête et j’entends le démontrer, laissant à chacun toute latitude pour qualifier le pêchaillon.

L’on naît pêcheur, comme l’on naît poète ou chasseur, et, dès son enfance, le pêcheur s’est essayé à prendre épinoches ou vairons à l’aide de lignes rudimentaires. Par la suite, le disciple de saint Pierre s’est instruit. Il a lu une multitude de livres traitant de la pêche, indiquant les moyens adéquats à la capture de tous poissons, la composition d’amorces infaillibles et les secrets du braconnier d’eau. Puis, ayant constaté la vanité de cette science livresque, il s’est astreint à apprendre à pêcher en faisant appel à son intelligence et à ses dons d’observation.

Il a constaté que, lorsqu’il esche son hameçon d’un asticot, il n’est pas nécessaire, mais contre-indiqué, d’enfouir entièrement l’hameçon dans le corps de l’asticot, car une telle pratique rend l’esche trop inerte. Or, pour être pêchante, une esche, quelle qu’elle soit, doit s’agiter dans l’eau ! C’est là règle formelle et l’on ne doit jamais continuer de pêcher avec une esche déchiquetée par un poisson.

Le pêcheur sait beaucoup. Par exemple, lorsqu’il voudra pêcher de gros gardons, il réglera son flotteur afin que son hameçon descende au fond de l’eau. S’il utilise un hameçon n°12, il y accrochera deux ou trois asticots. Il les choisira de par leurs tailles, empalant d’abord le plus gros pour ne fixer, uniquement sur l’ardillon, qu’un petit asticot qui gigotera frénétiquement.

De par le comportement de son flotteur, le pêcheur vous dira si son esche est attaquée par une belle pièce ou le menu fretin, et il saura qu’une brème engame son esche lorsqu’il verra le flotteur de sa ligne se placer horizontalement sur l’eau.

Après une « touche » sans résultat pratique, le pêcheur connaîtra, en examinant l’asticot, si l’attaquant fut gardon ou ablette. Dans le premier cas, l’esche aura été écrasée. Dans le second, elle apparaîtra vidée, la peau de l’asticot restant seule accrochée à l’hameçon.

Le pêcheur commencera par prendre de la friture. Puis, devenu expert dans la capture du petit poisson, il se dégoûtera d’apporter chez lui des centaines d’ablettes et de gardonneaux que sa femme refusera systématiquement de nettoyer et de faire frire.

Il s’attaquera alors aux gros poissons sur lignes fortes capables de les maintenir sans rompre. Par la suite, il pêchera les grosses pièces sur lignes fines et sera fier d’amener à l’épuisette un lourd barbillon avec un fil incapable d’en soutenir le poids hors de l’eau.

Lorsque le pêcheur aura capturé le brochet au posé et à la cuiller, lorsqu’il saura pêcher la truite au ver et à la mouche, et pratiquer avec maîtrise lancer léger et lancer lourd, il sera devenu « fin pêcheur ».

Il pourra alors sortir de l’eau, à votre demande, soit un vairon, soit un goujon, soit un très gros goujon, et ce avec huit chances sur dix de vous donner satisfaction. Cela n’est possible que dans certains cas particuliers et implique, de la part du pêcheur, une connaissance parfaite des eaux dans lesquelles il pêche ! leur profondeur en chaque endroit, ainsi que la composition de leur faune aquatique.

Cette affirmation n’est point galéjade. Imaginez, en effet, un petit cours d’eau vif en vairons et en goujons. Une petite cascadelle le coupe en un point, le faisant chuter d’à peine un demi-mètre, après quoi il court sur un lit de gravier pour parvenir, à quelque distance de là, à une fosse d’environ deux mètres de profondeur, qu’il emplit et traverse.

Si vous demandez à mon pêcheur qu’il prenne un vairon, il eschera son hameçon d’un asticot et péchera dans la petite chute d’eau. Si vous désirez un petit goujon, il péchera un peu en aval après avoir esché d’un petit ver rouge ou de vers de vase. Si vous attendez de lui la capture d’un gros goujon, ayant esché d’un ver rouge, il ira pêcher, à fond, dans la fosse et en tirera un touret d’environ 45 grammes. Ce site que je viens de décrire n’est pas un mythe. Il existe à Gif, tout près du ponceau de pierre jouxtant la propriété de Mme Juliette Adam.

Le pêcheur doit savoir et raisonner.

Il changera d’esche et pêchera plus ou moins à fond selon le genre de poisson qu’il désire prendre. Il tiendra compte de la direction du vent, de la position du soleil et de la saison.

Si, vous promenant au bord de l’eau, vous rencontrez un pêcheur, ne lui demandez pas : « Ça mord ? » ; vous ne feriez que l’énerver. Mais si vous lui disiez : « En avez-vous beaucoup pris ? », vous vous déconsidéreriez à ses yeux et passeriez pour un Béotien. Car sachez que le pêcheur ne prend pas de poissons, il les « fait ».

Le pêcheur fait du poisson !

Veux-je dire qu’il prétend les fabriquer, les produire ? Nenni. Le pêcheur n’est pas si sottement prétentieux. Mais, lorsqu’il déclare qu’il fait du poisson, il entend qu’il a su déjouer ruses et défenses de ses captures. Lorsqu’un malfaiteur est, après une difficile poursuite, arrêté par des policiers, il lui arrive de dire : « Je suis fait. » C’est dans ce sens que le pêcheur fait du poisson.

Le pêcheur utilise un système métrique particulier, dont grammes et kilogrammes sont exclus. L’unité de poids est, pour lui, la livre, et celle de longueur, la main. Il n’avouera jamais pêcher des poissons de 20 grammes. Un gardonneau est, à ses yeux : gardon de près d’une livre et large comme la moitié de la main. S’il a capturé un poisson accusant 1.200 grammes sur une balance, il ne vous dira pas : « J’ai fait un chevesne d’un peu plus d’un kilo », mais : « J’ai fait un chevesne de trois livres. » La livre est unité pondérale judicieusement choisie. Elle permet d’augmenter le poids des petits poissons et de doubler celui d’une pièce dépassant le kilo.

Le pêcheur est patient.

Ne croyez pas que cette patience soit mise à l’épreuve lorsque, gaule en main, il regarde son flotteur et attend. Dans un tel moment, le pêcheur observe. Il notera l’arrêt très court de son flotteur, son frémissement, son imperceptible plongée initiale, sa remontée éventuelle et sa plongée définitive.

Le pêcheur ne fait pas alors preuve de patience à proprement parler. Mais il en témoigne, à l’infini, quand, sur un ferrage brutal et vain, son bas de ligne s’emmêle.

Vous n’avez aucune idée de l’enchevêtrement qui peut se produire entre un fin nylon, un hameçon et des plombs. C’est un fouillis de boucles, de nœuds serrés à bloc que le pêcheur doit démêler. Quelle patience il lui faut ! Il doit s’efforcer de faire passer son hameçon par des voies tortueuses dans un labyrinthe de fil. Il y parvient souvent, mais parfois casse tout d’un geste rageur, en jurant pour se détendre.

Le pêcheur est souvent un homme cultivé, un érudit même.

Il sait que la France a connu, dans le passé, la jouissance d’un bien inestimable : la liberté. Il sait que ce qui fut, à l’origine, l’« égalité devant la loi » est devenu l’égalité pour tous dans tous les domaines. Il sait que cette interprétation ridicule d’une formule sage et rationnelle est génératrice d’innombrables abus. Il sait qu’elle permet à un sous-primaire de voter des lois régissant la nation en masquant sa médiocrité d’élu par une éloquence rituelle et venteuse.

Aussi le pêcheur se désintéresse-t-il des élections législatives. Plutôt que voter pour Duroublard ou Tartempion, il préfère aller à la pêche. Ce en quoi il est à blâmer, mais faut-il beaucoup lui en vouloir ?

Vers la tombée du jour, après une journée passée dans le calme, sans presque avoir parlé, le pêcheur plie bagages. Il admire le paysage, et ses images inversées par l’onde sur laquelle le soleil couchant plaque de l’or en fusion. Il se recueille devant la prestigieuse beauté de la nature, jette un dernier regard à l’infini du ciel dans le miroir des eaux, puis, rajeuni, heureux, prend le chemin de son logis.

Mon ami le pêcheur est un sage.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.